Comment devenir Franc-maçon ?
FOIRE AUX QUESTIONS
La cotisation est-elle chère ?
Combien de fois la Loge se réunit-elle ?
En quoi consiste le travail en Loge ?
Que sont les rituels ?

A quoi sert un rite ?
La Franc-Maçonnerie est-elle une secte ?
Quels sont les combats de la Franc-maçonnerie ?
Quelle est la relation entre la Franc-Maçonnerie et les religions?

Qu'en est-il du fameux secret maçonnique?

Traditionnellement, on dit que pour devenir franc-maçon, il faut le vouloir.

En règle générale, le parrainage est de mise; votre intermédiaire est déjà franc-maçon, connu de vous. Sinon, vous pouvez prendre contact directement avec nous (par courriel).

Indépendamment de votre statut et condition sociale, les portes de la Franc-maçonnerie vous sont ouvertes.

Les conditions pour entrer en maçonnerie ?
Elles sont aussi diverses que sont divers les individus. Elles se résument à des convictions et principes de base :

- Etre à l’écoute du monde, des autres et de soi-même.

- Etre ouvert aux réalités du monde, aux hommes de toutes origines, de toutes conditions sociales, de toutes opinions religieuses et politiques.

Le travail en loge, la lecture, l'étude et l’écoute ainsi qu’une plus grande connaissance de vos capacités et limites seront les bases de votre épanouissement personnel en maçonnerie.

Si ces points vous conviennent, (ou simplement si vous désirez en savoir plus) n’hésitez pas à prendre contact avec nous (Rubrique ‘Contact’), nous nous ferons un plaisir de vous renseigner.

Et après ?

Le Vénérable de la loge noue un premier contact avec vous.

Ensuite, trois Francs-maçons sont chargés de vous rencontrer. Leur rôle ? Mieux vous connaître, écouter vos intentions, apprécier vos motivations.

Ces démarches prennent du temps.

Vos meilleures armes sont la sincérité et la patience.

 

Foire aux questions.

La cotisation est-elle chère ?
Elle est de frs 750.- pour l’année 2008. Cette somme fait l’objet d’un vote de la Loge tous les ans.

Combien de fois la Loge se réunit-elle ?
Tous les mardis (sauf pendant les deux mois d'été).
L’assiduité constitue un des premiers devoirs du franc-maçon.

En quoi consiste le travail en Loge ?
L’esprit humain recourt à de nombreux symboles, c’est-à-dire des images ou des objets qui renvoient à une réalité différente, souvent abstraite. Par exemple la colombe peut symboliser la paix, et la palme la victoire. C'est ainsi que naît le langage imagé.

Pour bien comprendre la méthode symbolique en Franc-Maçonnerie, il faut faire la différence entre l’allégorie et le symbole. L'image de la Justice est une allégorie où chaque élément représente un concept précis: le glaive sert à trancher les cas et à prendre des décisions, la balance à peser les arguments, le bandeau à garantir l’impartialité.

Les symboles, par contre, n’ont pas de signification bien établie. Ils suscitent des idées, des sentiments, qui dépendent de l’individu et du moment. En permettant aux symboles de déployer leur caractère évocateur, une personne peut devenir consciente de ce qui se déroule au plus profond de son être, ses désirs, ses angoisses, ses valeurs et ses convictions.

L’homme devient plus sensible à la condition humaine en général et à celle de son prochain.

La méthode symbolique confère à l'Homme une meilleure connaissance de lui-même. Cette connaissance de soi doit permettre de faire des choix délibérés dans la vie et de travailler ainsi à son propre perfectionnement.

Celui-ci peut se situer dans différents domaines:

· Éthique : quelles sont les actions bonnes ou mauvaises pour nos concitoyens, pour la société et pour la nature… ?

· Psychologique : quelles sont mes motivations ? Quels sont mes désirs? Comment les intégrer dans ma personne ?

· Philosophique :qu’est-ce que l’Homme ? Quel sens donner à l’existence ?

· spirituel : de quel « tout » fais-je partie ? (Nature, Univers… ) Comment le ressentir ? Comment s’y intégrer ?

La Franc-Maçonnerie recourt à de nombreux symboles qui remontent à la plus haute antiquité et qui se retrouvent dans plusieurs cultures.

Pour exemple, les quatre éléments, les étoiles et les planètes et les figures géométriques … Elle reprend en particulier la symbolique de la construction, comme le compas et l’équerre, qui sont universellement connus.

Que sont les rituels ?
La représentation visuelle et matérielle des symboles se prête fort bien à une méditation personnelle où les pensées pénètrent au plus profond de nous mêmes. Lors d’un rituel les symboles se révèlent par des actes symboliques. Un rituel effectué en commun éveille tous les sens et peut agir sur les sentiments, les émotions et l'intuition de chacun. Mais la perception du rituel diffère d'une personne à l'autre et l’expérience vécue ne peut être communiquée oralement, car s'il en était ainsi la méthode ne serait plus symbolique.

A quoi sert un rite ?
Le rite définit la pratique du rituel. Le rituel met un certain nombre de symboles en mouvement. Il permet aux participants une compréhension intuitive des lois de la nature, et, par conséquent, des lois qui nous régissent. Un rituel se vit et ne s'explique pas. Chaque rite a ses particularités, mais le but final reste bien entendu le même : l'initiation, l'éveil de la conscience et l'étude symbolique.

La Franc-Maçonnerie est-elle une secte ?
Ainsi, en1997, la Direction générale des Etudes du Parlement européen énonce dans un document sur Les sectes en Europe.

Actualités sur les sectes en décembre 2005.

http://prevensectes.com/rev0512.htm

(Cliquez sur le lien et le rapport s'affichera dans une nouvelle fenêtre).

En résumé, nous pouvons dire:

·  L a Franc-Maçonnerie n'a ni gourou, ni dogme.

· On vous y enseigne que vous devez examiner vous-même toute idée, toute théorie.

· Il est très facile d'entrer dans une secte, mais nettement plus difficile d'en sortir. Il est assez difficile d'entrer en Franc-Maçonnerie, mais très facile de la quitter, il suffit de démissionner.

Quels sont les combats de la Franc-maçonnerie ?
La Franc-maçonnerie a toujours été à la pointe des grands combats de son temps. Parmi ceux-ci :

. La laïcité et la loi de séparation de l’état et de l’église

. La lutte contre les sectes

. Le combat contre la peine de mort

. Plus récemment les lois sur la bioéthique et les réflexions sur le droit à mourir dans la dignité

Quelle est la relation entre la Franc-Maçonnerie et les religions?
La Franc-Maçonnerie n'est ni une religion parallèle ni une religion de substitution : elle ne comporte ni évangélisme ni sacrements. Le Franc-maçon utilise la méthode maçonnique pour chercher réponse aux questions essentielles.

La Franc-Maçonnerie ne se considère pas comme étant en concurrence avec les religions et les philosophies qui apportent des réponses, elle se trouve simplement du côté du questionnement.

Dès le début, la Franc-Maçonnerie a réuni des hommes ayant des convictions différentes. Dans nos Loges toutes les opinions philosophiques sont admises.

La tolérance est l'une des vertus principales du Franc-maçon. D'ailleurs ceux qui possèdent la réponse aux questions fondamentales ne trouveront rien dans une association dont la recherche est le caractère principal. Ceux qui préconisent des idées intégristes en quelque domaine que ce soit n'y ont pas leur place. Celui qui veut persuader les autres du bien-fondé de sa vision des choses agit en opposition avec la méthode de travail maçonnique de travail. Le prosélytisme n'est pas maçonnique.

A l'opposé des tendances intégristes, nous trouvons des tendances humanistes. Les humanistes et les Francs-Maçons ont en commun des principes fondamentaux tels que:

· Le respect des « Droits de l’Homme ».

· Le respect de la liberté d'expression.

En toutes circonstances la Franc-Maçonnerie préconise la rencontre entre les différentes convictions religieuses et philosophiques.

Qu'en est-il du fameux secret maçonnique?

Le secret maçonnique alimente depuis de nombreuses années bon nombres de  fantasmes sur notre organisation.

Le secret maçonnique, comme tout ce qui est maçonnique, est avant tout un symbole qu'il faut savoir interpréter. Ce   symbole a plusieurs racines.

La première racine est historique : les Francs-Maçons opératifs étaient des hommes de métier, dépositaires d'un réel savoir-faire. Il suffit de visiter un jour une basilique comme Vézelay ou une cathédrale comme Chartres ou Reims pour se rendre compte de la multitude de savoirs que ces édifices constituent.

Les règles du métier, pour n'être ni corrompues, ni détournées, devaient être tenues secrètes. Tout nouveau maçon devait prêter serment, sous peine des sanctions les plus graves, de garder inviolables tous les secrets du métier et de ne les révéler qu'à quelqu'un dûment reconnu comme maçon de métier. Pour se faire reconnaître, des mots, des signes secrets étaient et sont toujours d'usage.

La deuxième racine est sociologique : dans les états catholiques, au 19e siècle surtout, l'église condamne la Franc-Maçonnerie allant j’usqu’à l’excommunication des Francs-Maçons. Par la suite, tous les totalitarismes, furent par définition profondément hostiles à la Franc-Maçonnerie et à son  message de liberté et de tolérance. Beaucoup de Francs-maçons sont morts dans les camps de concentration et les goulags.

 Cette condamnation et ces persécutions ont induit une certaine obsession du secret chez bien des Francs-maçons. Cette obsession a moins de raisons d'être aujourd'hui, mais les habitudes sont prises et il est vrai que, dans certains milieux, s'afficher comme Franc-maçon peut conduire à des désagréments, notamment professionnels. Cela explique pourquoi, en général, il est de règle de ne jamais dévoiler l'appartenance d'un Franc-maçon vivant à quiconque, sans sa permission expresse.

La troisième racine est psychologique : elle exprime seulement que l'amour fraternel, la sérénité, la tranquillité d'esprit et d'âme requièrent une certaine intimité. Et que celle-ci n'est possible qu'à l'écart, dans des lieux réservés.

Ensemble, ces trois raisons expliquent pourquoi la Franc-Maçonnerie n'est pas une société secrète, mais une société discrète.

L'initiation maçonnique enclenche, au plus profond de l'individu, un processus de perfectionnement qu’il est impossible d’exprimer par des mots à quelqu'un qui ne le vit pas lui-même.

Vouloir en parler c’est prendre le risque d’affaiblir ou de trahir la réalité que nous vivons.

Tout ou presque tout a été révélé sur la Franc-Maçonnerie. Les librairies regorgent d'ouvrages plus ou moins pertinents, plus ou moins authentiques, plus ou moins sérieux, qui révèlent les rituels, les mots de passe, les poignées de main. Il n'en demeure pas moins que le vrai secret de la Franc-Maçonnerie est incommunicable et demeure incompréhensible à quiconque n'est pas Franc-maçon.

Déjà au 18e siècle circulait ce petit sonnet anonyme bien connu :

Pour le public, un Franc-maçon
Sera toujours un vrai problème,
Qu'il ne saurait résoudre à fond
Qu'en devenant Maçon lui-même.

C'est de l'effort, du travail, du combat communs que naissent les fraternités qui vont au-delà de tous les mots : là est l'essence du seul et véritable secret Maçonnique que nul, jamais, ne saura trahir.